L’Age de l’Entrepreneur ou l’Homme du XXIème Siècle

avril 30, 2007

La Génération Y (nait entre 1978 et 1995) sera la génération de l’Entrepreneuriat. Une génération comme la terre n’en a jamais vu…

C’est un article de l’Entrepreneur Magazine qui nous apporte cette oracle. Les visionnaires ou les futuristes (un terme plus professionnel pour définir les experts du future) voient les entrepreneurs comme la source du bien être qui attendent les génération futures. Et même déjà la notre.

Enfin, un peu de positivisme après les films et les discours catatrosphes qui nous harcèlent depuis des mois.

Pourquoi cette génération en particulier?

En un mot: Innovation

Parceque nous sommes au début d’une révolution Technologique. Une révolution qui n’a d’égale que l’invention de l’écriture ou de l’agriculte. Mais là s’arrête la comparaison parceque la principale différence est la rapidité. La Nanotechnologie, (il s’agit, en effet d’elle) a été vaguement théorisée dans les années 50 et surtout mis en pratique au début des années 90. Une décénie plus tard, les premières applications Grand Publique sont disponibles. Une rapidité unique dans l’histoire de la science! De l’Informatique au Textile en passant par l’Agriculture ou la Santé, elle bénéficie à tous les secteurs et profitent à tous les pays. L’Afrique résout le problème d’eau à un trés faible coût. La France son manque de pétrole.

Le potentiel étant sans limite, la compétition est donc accrue. Car un entrepreneur ne s’adresse plus à une localité ou une région mais à un continent ou au monde entier. La clé est de trouver cette niche que personne n’a encore exploité.

Nous le voyons déjà avec Internet, où on tente d’atteindre les consommateurs les plus spécialisés (comme les buveurs de Bordeaux de moins de 55 ans résidant dans un rayon de 10M d’une borne kilométrique à moitié enfouie – c’est une idée de niche!) . Cette tendance s’accentue et s’accentuera encore plus. Par nécessité d’abord, puis naturellement: Une idée menant à un brevet – Un brevet débouchant sur un marché.

Nous devons résonner globalement ou mondialement. Cette niche qui à un niveau national serait insignifiante, représente au niveau mondial des millions de consommateurs. (Sans compter que notre terre s’aggrandit comme jamais – bon pour notre marché global).

En conclusion, je vous conseille de lire cette article qui nous donnent une idée des produits à venir. Exemple, le carburant produit par des moustiques. Enfin, une utilité pour cette nuisance…

Innovation, Innovation, Inovation les 3 mots du succés!


La Russie Soviétique du XXI siècle ou la Recherche Publique

avril 29, 2007

J’aurai pu, également, intituler cette article « Retour vers le Future ». Vladimir Putin vient d’annoncer la création d’une holding d’état qui controlera le pôle nucléaire tout entier.

Rosatom (tel sera son nom) aura en charge le nucléaire civil et militaire. Ca nous rappelle des souvenirs… Cette annonce fait suite à celle de l’objectif de devenir le leader mondial de la nanotechnologie à l’horizon 2015 (article référant) .

Donc, je récapitule.

Le pétrole et le Gaz sous contrôle publique (Putin en serait le futur président). Le nucléaire civile et militaire ne faisant plus qu’un (reste à savoir qui sera en charge). Il est trés probable qu’une corporation sera, également, créé pour la nanotechnologie. La nanotechnologie étant par essence une recherche atomique, les équipes de chercheurs seront, sans doute, regroupées autour de pôles communs pour assurer une meilleure synergie (et contrôle).

Reste à déterminer les objectifs de recherches et à cibler les secteurs prioriatires. Le militaire en est un (peut être le premier). Un indice: Si on croit le journal Kommersant, l’agence d’armes russe Rosoboronexport suivra le modèle ‘corporation’ trés bientôt.

Du coup, l’Etat russe aura un contrôle totale sur toute la chaîne:

La tirelire avec Gazprom, la recherche nucléaire, les applications civiles et militaires et la diffusion. Structure à laquelle, il faut ajouter les choix applicatifs. Vladimir Putin sait que l’innovation scientifique sera le moteur de la nouvelle Russie (qui ressemble de plus en plus à l’ancienne). L’URSS avait perdu cette guerre contre les USA. VladimirPutin ne veut pas faire la même erreur.

La nanotechnologie est une priorité d’état pour la Russie. Elle met donc les moyens pour réussir. Les généraux russes seront ravis de l’apprendre.

Alors, la question du jour est : La Russie se soviétise-t-elle?. Ou plutôt ne se « Chinoise-t-elle pas »?

Je vous laisse répondre!


Les Business Angels Décollent – Etudes de Marché 2006 aux USA

avril 29, 2007

« Ils sont arrivés, Ils sont tous là ». On connait la chason, et on ne s’en lasse pas. Selon une étude du Center for Venture Research, le marché de l’ Angel Investment (pardon mais je n’ai pas de trouvé de meilleur traduction) a progressé de + 3% en 2006. (l’étude porte uniquement sur les USA)

Des chiffres valant mieux qu’un long texte…

  • 51 000 entreprises ont été financées – +3%
  • Les investissements en valeur monétaire ont progressé de 7,5%
  • 234 000 Angels ont été actifs en 2006 (sur un potentiel de 480 000)

Sur le podium des préférences sectorielles:

  • La Santé avec 21% des investissements
  • Les Logiciels avec 18% des investissements
  • La Biotechnologie avec 18% des investissements

Les Angels ne se trompent pas! Ce sont les 3 secteurs qui vont bénéficier les premiers des nouvelles technologies apportées par la nanotechnologie. C’est donc là, où il faut investir. J’ajouterai aussi le textile même si c’est moins Fun (en terme d’investissement, bien sur).

Je ne cesse, également, de dire que le capital risque est créateur d’emploi (à forte valeur ajoutée, en plus) et tire la société vers le haut. En voici, la confirmation:

  • 201 400 postes créés (au moment de l’investissement donc c’est une figure minimal)
  • Soit 4 postes pour un investissement

Les Business Angels investissent au stade de lancement en grande majorité. Le risque y est accru mais le retour trés élevé.

Une autre donnée importante nous montre la santé du marché et notemment celle de l’Internet. CVR nous apprend que le Yield Rate (le taux d’investissement par rapport aux opportunités présentées) est de 20,1% en 2006 contre 18,5% en 2004 et 23% en 2005. Cette baisse est saine et tend à prouver qu’il n’y pas de course à l’investissement comme au meilleur moment de la bulle).

Note: vous pouvez consulter ce blog trés interessant sur le sujet de l’entrepreneuriat.


Le Moteur de Recherche Médical

avril 28, 2007

Non, ce n’est pas une nouvelle application de Google ou de Yahoo. En fait, c’est un marché encore peu exploré de l’internet grand public.

Relemed est un moteur de recherche ciblé Santé avec plus de 16 millions d’articles. Nous le devons  à University of Virginia School of Medicine. Ce n’est pas un site typé Question/Réponse (du moins, directement). En revanche, vous y trouverez des articles et publications  classés en relation avec votre requête. En gros, un moteur de recherche pertinent ou intelligent.

L’interface n’est peut être pas trés developpé mais là n’est pas l’essentiel. Le plus important est de trouver ce que l’on cherche. Vous me répondrez: évident!  Non car l’idée n’est pas de faire le tour de la montre en cliquant sur les cent premières pages pour trouver l’article que l’on recherche mais de le trouver du premier coup.

Un rectangle vert vous indique la pertinence de l’article en fonction de votre requête. Plus c’est sombre mieux c’est. Je me demande pourquoi un rectangle et pas un pourcentage. Et surtout pourquoi vert? (en médecine, vert ce n’est pas bon signe pour le malade. A mon avis)

Mais l’essentiel c’est que ça marche. J’ai testé Nanotechnology and Surgery (pour l’instant, seul l’anglais est disponible) . J’ai ensuite fait la même chose sur Google.

Résultat: Relemed m’a retourné des articles centrés sur l’application de la nanotechnologie dans la chirurgie. Alors que les premiers articles de google étaient beaucoup moins pertinents, voir sans rapport direct.

Relemed fonctionne donc parfaitement.

Conclusion:

Relemed est un moteur de recherche de trés bon niveau. Et sans doute une niche trés rentable pour les esprits commerciaux. Des centaines de milliers de médecins, chercheurs, étudiants ne doivent pas être négligés.

PS: Saviez-vous que plus de 1700 publications ou articles médicaux sont publiés chaque jour ( soit  620 500). Quel jungle!

Note : pour plus de détails


Steve Jobs : The Last Entrepreneur

avril 28, 2007

Nous le connaissons tous pour être le Père de l’Ipod. Ou le Tout Puissant Godfather de l’Industrie Musicale (Itunes représente 75% du téléchargement musical). Mais sachez, et là, je m’adresse aux plus jeunes d’entre nous, que Steve Jobs existait avant le MP 3. Je vous l’accorde, la technologie avance tellement vite que nous avons du mal à suivre.

Première question : Steve Jobs est-il une star? (question inutile et qui nous intéresse tous donc, enfin moi déjà)

Pour s’en convaincre, googlons :

‘Steve Jobs’ – résultats 120 000 000

Bill Gates’ – résultats 70 000 000

Paul McCartney’ – résultats 3 000 000

Britney Spears’ – résultats 35 000 000

Brad Pitt’ – résultats 4 500 000

J’arrête là. La vérité mathématique parle d’elle-même. Je peux l’affirmer Steve Jobs est plus grand que Bill Gates, Paul McCartney, Britney Spears et Brad Pitt réunis.

Il est grand, c’est maintenant prouvé… mais surtout comme chiffre d’affaires. On se souvient du Steve Jobs inventeur de la souris. Enfin, il a racheté le brevet à Xerox qui ne savait pas quoi en faire. (Xerox toujours rebel au succés). Créateur du MacIntosh. Puis, de l’Ipod…

Cependant, On a oublié (moi, en tout cas) que le renouveau d’Apple débuta avec l’arrivée de Next Softwares. Une entreprise fondé par… Steve Jobs et précurseur de l’Internet (ce qui manquait au Mac). Vendu 400 000 millions USD. Et une belle revanche, pour Steve qui s’était fait virer d’Apple des années auparavant. Next avait aussi été précurseur dans le design très travaillé de ses ordinateurs… et par le prix dispendieux de ces derniers. Et oui, détails qui sont maintenant les marques de fabrique d’Apple.

Mais le plus étonnant, ou l’ultime preuve que nous sommes en présence du Messiah (on annonce l’ouverture d’une secte ordinatrice – Jobsland) … Steve Jobs, après avoir révolutionné l’ordinateur grand public, bouleversa le cinema avec Toy Story. Pixar est, pour moi, la grande réussite de Steve Jobs. Disney, en perte de vitesse, racheta Pixar pour plus d’un milliard USD.

Steve Jobs, l’homme qui réssuscita Apple et Disney.

Vous vous posez la question (ça tombe bien, moi aussi) mais d’où lui vient un tel pouvoir ? Certains disent qu’il marcherait sur l’eau (ce qui est sur c’est qu’il carbure au super).

Voici la réponse : après avoir (comme d’habitude) mené une courte et dispendieuse enquête… le jour s’est enfin levé dans mon esprit. Selon des sources au-dessous de tous soupçons, Steve Jobs aurait suivi un enseignement spirituel en Inde. Oui, maintenant, je comprends !

Dès demain, je prends mon billet pour ce monastère Boudhiste … Californien nommé la Silicon Valley !


Capital Risque et le Risque de Gagner (Acte 2)

avril 27, 2007

Que représente l’investissement en fond privé (ou private equity) en France ?

4 800 entreprises bénéficient de l’investissement des sociétés de gestion

1 200 entreprises ont bénéficié de l’investissement du private equity, en 2005

88% sont des PME-PMI de moins de 500 salariés

Les petites entreprises (moins de 5 millions d’euros de CA) représentent 12% des investissements

1200 entreprises en 2005, c’est peu. Je dirais même plus, très peu !

Alors que peut-on faire pour y remédier ?

Solution : attirer les investisseurs individuels.

D’autant plus que l’immobilier connaît des baisses de régime qui annoncent un arrêt imminent. Il nous faut donc attirer ces investisseurs. Qui en France sont très nombreux ! Je parlerai des méthodes à suivre dans les jours prochains.

Mais pourquoi s’arrêter aux investisseurs privés français quand Internet nous offre le Monde (enfin, déjà l’Europe. Quoique les investisseurs chinois…) La France étant, selon une étude de KPMG et de l’Association Européenne du Capital Investissement (Evca), sur le podium des pays qui favorisent le plus les investisseurs en terme d’environment fiscal et réglementaire en Europe, un pays qui doit les attirer.

A condition qu’ils soient au courant… Un investisseur anglais à tout intérêt d’investir dans une Start Up française (vu qu’il y habite déjà). Voir pourquoi pas un investisseur américain (s’ils sont prêt à investir dans le PSG, Tout est possible).

La première barrière est le manque de visiblité des entrepreneurs et des investisseurs. Je vous défie de trouver une liste d’entreprises dans lesquelles vous voulez investir. Une liste qui catégoriserait (quel beau mot !) les opportunités d’investissement. Recherchez maintenant sur internet (Google ou autre Yahoo) vous n’aurez pas plus de chance.

Mais soyez patient car … TheStreetMarket.com vous apportera la solution.

En général, ce sont les entrepreneurs qui cherchent activement des investisseurs. L’investisseur, lui, reçoit les offres, les consulte et sélectionne. Ycombinator est un excellent exemple. Voir ce nouveau clone Yeurope. Le problème est le manque de choix. L’investisseur reçoit une petite centaine de projets. L’entrepreneur doit cibler une dizaine d’investisseurs, le coût de la recherche étant exorbitant.

Internet est la solution. Pour offrir à l’investisseur une liste exhaustive de projets et à l’entrepreneur une liste exhaustive d’investisseurs. Pour un coût ridicule.

Capital Risque et le Risque de Gagner (Acte 1)

Demain, le sujet sera la Star de l’entrepreneuriat, le génie du MarketingSteve Jobs.


Capital Risque et le Risque de Gagner (Acte 1)

avril 26, 2007

L’argent est selon la formule conscrée ‘le nerf de la guerre’. Une approche de l’entrepreneuriat que porte régulièrement les sociétés de gestion ou Private Equity.

L’argent est un élément majeur de l’entreprise – Certes ! Comme le carburant l’est pour le moteur. Et la consommation des moteurs baisse fortement. Au moins, dans un secteur qui est la ‘nouvelle économie’. Une autre formule (dans l’économie, on utilise beaucoup de formules – pour convaincre sans comprendre) pour définir, l’économie de l’Internet.

Un site comme lastminute.com coûtait des centaines de milliers d’euros à produire, il y a 10 ans. Vous investirez 10 fois moins aujourd’hui pour le même concept avec une technologie infiniment plus fonctionnelle (cad User Friendly). Et j’ajouterais un aspect, dont on parle moins souvent, qui est la main d’œuvre technologique. Le broadband (dont la France est un leader dans sa diffusion) a permis l’Outsourcing technologique. Un web developpeur indien ou américain coûtant 3 fois moins cher que son confrère allemand ou français est assez attirant pour un entrepreneur. Du moins, au début.

Ce développement est une chance extraordinaire pour les entrepreneurs. En économie, on aime, également, les exemples… donc voilà : Digg aurait coûté 5000 $ en 2004. Je vous laisse imaginer sa valeur actuelle (plus d’une dizaine de millions d’euros, selon mon humble jugement). Netvibes ou Reddit n’auront pas coûté beaucoup plus cher à Ycombinator.

Mais où veut il en venir ? et bien, jsutement à Ycombinator. Ou plus précisément à son concept qui fait des petits.

Rapide présensation : Ycombinator est un incubator (comme on dit en anglais). En gros, vous avez une idée innovante et pas d’argent pour la développer. Vos amis et vos parents n’ont pas un sou… et vous ne connaissez aucun fou (étant vous-même une personne ‘saine’- quoique). Votre banquier vous a, poliment, montré la porte (Revenez quand ça marchera !) … il reste le capital risque. Vous envoyez votre projet à Ycombinator. Vous êtes sélectionné. Ycombinator vous donne 5000$, plus 5000$ par tête. Vous prête un bureau et c’est parti. A titre de reconnaissance (contractuel), vous leur donnez 6% de votre société qui monte en fléche. Tout le monde est gagnant. 6 mois plus tard, au premier tour de table, vous obtenez un financement de 1 million de $.

Ceci est exemple (tout rapport avec un personnage ou un fait existant est totalement vrai). Je vous laisse vérifier…

Demain, je vous parlerai des petits de Ycombinator

Voici un dossier intéressant sur la levée de fonds

Note de l’auteur : Je n’ai rien touché de Ycombinator pour citer leur nom autant de fois. Je ne suis pas membre de payperpost… Moi !